top of page
Mur en béton
logo_edited.png

"Dès l'Allegro Moderato initial, elle démontre une ardeur jamais désordonnée, l'orchestre offrant un soutien très engagé à celle qui n'est autre que son propre violon solo. Cette intimité s'entend particulièrement dans le dialogue avec les pupitres des vents de la Canzonetta, chantée le cœur sur la main, en exploitant le fort parfum rhapsodique de la partition, loin du calibrage standard des concours internationaux. Le finale prouve, là encore, qu'elle n'a peur de rien, parfaitement soutenue par direction souple et rigoureuse d'Alain Altinoglu." Jean-Michel Molkhou

Mur en béton
logo_crescendo.jpeg
logo_edited.png

//Interview//  

Super-soliste de l’Orchestre Symphonique de La Monnaie, la violoniste Saténik Khourdoïan fait l'événement avec un enregistrement de l’oeuvre pour violon et orchestre de Tchaïkovski. La musicienne est accompagnée par ses collègues de l’Orchestre de La Monnaie sous la direction d’Alain Altinoglu. 

Tout d’abord, pour quelles raisons avez-vous choisi le Concerto pour violon de Tchaïkovski pour cet enregistrement ? ... Lire la suite 

Mur en béton
Black Background_edited.jpg
logo_edited.png

"It is a beautiful, very lyrical interpretation, soulful but not cloying, in the third movement also spirited and virtuosic but never exaggerated, so that one can speak of a very coherent performance, inspired and vital by the emphatically beautiful and characterful violin playing with a beguiling legato and dazzling colors.
Saténik Khourdoïan also shines as a sensitive and charismatic interpreter in the Swan Lake pieces." Remy Franck

Mur en béton
ysaÿe-fauré--saint-saëns-fug747-20211116104156-front.jpg
logo_edited.png

"La soliste est parfaitement à l’aise dans ce répertoire, dont elle nuance toutes les difficultés avec sérénité. [...] Pari réussi avec une maîtrise et un charme évidents, qui s’accentuent encore dans la Sonate n°1 opus 13 de Fauré. Ici, Saténik Khourdoian prend à bras le corps une partition enflammée à laquelle elle insuffle une incroyable ferveur. Le paysage déployé par le duo qu’elle forme avec Alexander Gurning, dans une démarche où la complicité est une évidence, est un univers de beauté. On en arrive ainsi à  écouter, fasciné, ces deux artistes qui allient, dans ces œuvres inspirées, le sens du dialogue au lyrisme le plus exalté, sans négliger l’équilibre de la forme ni la splendeur plastique. La transcription par Ysaÿe du Caprice en forme de valse op. 52 n° 6 de Saint-Saëns complète avec panache ce témoignage d’une artiste engagée qui, espérons-le, nous permettra encore de savourer son jeu magistral à l’occasion d’autres moments discographiques." Jean Jauniaux

Mur en béton
Unknown-1.png
logo_edited.png

"On ne saluera jamais assez la richesse des timbres et l’excellence retrouvée de l’orchestre symphonique de la Monnaie depuis sa reprise en mains par Alain Altinoglu, qui met  régulièrement à l’honneur les solistes de sa formation. Le «Concerto pour violon op.35» de Tchaïkovski, dont le romantisme exacerbé autorise au violoniste une lecture très personnelle, était la pièce idéale pour souligner autant la virtuosité que la sensibilité de la Konzertmeisterin Saténik Khourdoïan dans ce dialogue brûlant avec «son» orchestre.
Un plat principal qu’accompagnent trois extraits orchestraux du «Lac des cygnes», dont le «Pas d’action» et la «Danse russe», odes tendres et lumineuses au violon solo. Celui de Saténik les chantent avec une extrême délicatesse, déjouant avec une élégance rare le piège de la mièvrerie que tend trop souvent ce répertoire. Et c’est avec la même subtilité qu’elle nous sert en pousse-café la courte «Valse sentimentale», pour 2 minutes 23 d’ultimes tournis en compagnie d’Altinoglu au piano." Stéphane Renard

Mur en béton
Unknown.png
logo_edited.png

"Un pur moment de bonheur"

bottom of page